Skip navigation

Il y a ce très léger et sans doute imperceptible tremblement au coin des lèvres, ce voile infime dans le bleu des yeux qui le rend moins intense, plus flou, entre ciel et mer les choses se fondent, la ligne d’horizon est incertaine, quelque chose s’est modifié

embrasser les paupières et le coin des yeux, effleurer les tempes fragiles, frôler les deux délicats grains de beauté juste en-dessous, glisser le long du cou, chercher la pulsation, m’y attarder un instant, dévaler le bel arrondi des épaules, suivre l’entrelacs de fines veines bleues jusqu’à l’intérieur du poignet, la peau si douce à cet endroit, y poser mes lèvres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :