Skip navigation

13043563_10154209379014374_5799367955914429164_n

J’ai envie d’écrire et il fait beau. Ca ne matche pas ensemble. Je ne possède pas de jardin pour écrire au soleil ou mieux à l’ombre du soleil. En revanche je dispose d’une vue assez plongeante sur la ville et elle me fait de l’oeil. A chaque fois c’est pareil, je trouve facilement quelque chose pour faire diversion. Sans doute parce-que ce n’est pas honnête, je n’ai pas vraiment envie d’écrire ou pas suffisamment. Ca ne se formule pas comme ça. Il arrive juste un moment où les choses doivent s’écouler parce-que je ne parviens plus à les contenir. Et je parle du corps. Simplement du corps. De la charge et du poids qu’il peut supporter, des signaux qu’il m’envoie et qu’il faut décrypter. Et puis je ne sais pas écrire la nuit même si quelquefois sous la lune elle se déplie et remue. Je me réveille tôt la plupart du temps pour aller travailler et le soir venu, entre les draps, j’ai ce besoin de lire longuement jusqu’à épuisement et de glisser ailleurs. Le week-end, il suffit de faire la sourde oreille. Alors je vais dégringoler depuis mes collines jusqu’au point de chute et perdre un peu les traces. Une sorte de jeu de pistes avec pour principe d’écarter la mémoire, d’échapper aux souvenirs. Encombrant ça aussi à la longue. Surtout dans cette partie de l’est parisien où je vis depuis plus de vingt ans. En plus de la caresse du soleil sur la nuque, je crois que j’ai envie de quelque chose de neuf. Et si je suis géographiquement haut perchée, il va de soi que je ne suis pas à la hauteur du jardin convoqué. Je finirais fatalement dans un hamac à contempler le bleu du ciel dont l’inconstance me laisse quand même la possibilité d’un espace ou d’une marge. Hier je n’ai donc rien écrit de ce qui remontait à la surface ces derniers jours jusqu’à en devenir vaguement obsédant. J’ai préféré faire naufrage avec ma fille sous les fleurs et les herbes hautes du jardin en cascades. L’été indien comme un retour de flammes. C’est assez mainstream de parler de soi dans le sillage, l’écume des vagues du Pacifique. A la faveur des témoignages de ces femmes qui déroulent toutes un peu le même scénario. Au delà des faits, cet empêchement à dénoncer et la peur de ce qui aurait pu mettre en péril ou anéantir leur travail. Ménilmontant-Hollywood. D’une colline à l’autre. Les relier quelquefois quand c’est possible. Ta soeur dans le coeur bouillonnant puisqu’elle travaille là-bas dans l’industrie du cinéma et toi bien plus modestement ici. Parce-qu’à vingt ans on ne possède pas les armes nécessaires pour dégainer. On se barre, on se tait, parfois on négocie, en général on abandonne et on essaie de ne plus y penser. Parce-que le temps est nécessaire pour s’affirmer et s’affranchir progressivement de la peur, des regards et des conventions. Du temps aussi pour apprendre à énoncer clairement les limites et transformer ce qui a pu fragiliser en quelque chose de solide, de direct et de libre. Tandis que les moeurs se nourrissent des médias pour accélérer le processus, poser un cadre juridique et libérer une parole demeurée contenue. Aujourd’hui je refuse cette forme de culpabilité et de honte qui ne m’appartiennent pas, ne m’ont jamais appartenu mais ont blessé mon corps et ma psyché. Rien d’absolument terrifiant, nous ne sommes pas exactement dans un conte à manipuler du symbole, enfin pas loin quand même. Il ne s’agit pas d’un évènement qui soudain modifierait le cours de ta vie presque adolescente. Mais il s’agit bien d’une liste, d’une succession d’évènements qui auront posé leurs empreintes les unes après les autres sans trouver d’autre lieu pour s’abriter que celui de la chaleur et du feu de ton ventre. Parce-que nous en conviendrons tous, c’est abject et révoltant de se servir de sa force physique ou de sa position hiérarchique pour contraindre ou proposer quelque chose de cette nature. Ton ventre aura vu grandir trois enfants, ton ventre tu voulais qu’il fleurisse. Ca a commencé tôt la violence. Une affaire de gosses. La première fois, c’est un coup de poing, une droite direct dans l’estomac. Tu es en 6ème à Rennes dans une salle de cours presque vide, le souffle est coupé, la douleur fulgurante. Vous êtes dans la même classe, il te harcèle un peu en amateur, tu as du l’envoyer gentiment balader. Tu es très bonne élève, à part ça tu n’oses pas grand chose. La vulnérabilité ultra visible malgré tes efforts pour dissimuler. L’année suivante même ville mais tu as changé de collège, rien à voir avec l’incident précédent, d’ailleurs tu ne te souviens pas d’en avoir parlé, tu as simplement déménagé encore une fois. Il est grand, baraqué, rouquin, son apparence et ses manières sont brutales. Il s’appelle Jean Michel D. tu te souviens de son nom intégralement, tu pourrais le balancer ici juste pour le dire. Quelque chose te retient encore, son âge sans doute, un contexte social ou familial difficile probablement. Il te harcèlera pendant trois ans, il est scolarisé dans ton collège, prend le même bus que toi pour rentrer et dans l’enceinte de l’établissement, sur le chemin, dans les transports, il n’aura de cesse de chercher à plaquer ses mains sur toi, enfin essentiellement tes seins, tes fesses, ton sexe et sa bouche sur la tienne. Tu ne laisses rien faire sans te défendre mais nettement plus fort que toi, il t’oppresse. Tu voudrais cracher sur son visage, oui tu aimerais pouvoir le faire aujourd’hui. Un jour il parviendra à te dénuder en partie dans les couloirs du collège, sous les yeux de deux ou trois camarades, avec cette conscience très vive qu’ils te regardent sans intervenir. Il parvient à poser ses doigts un peu plus loin sur la peau, je me débats comme je peux, je ne sais pas si je crie, je tente surtout de me sortir de là, de m’arracher à tout ça, à cette honte d’être observée aussi. Ca ne dure pas bien longtemps, l’interclasse du midi, un adulte, prof ou surveillant passe finalement par là, ils filent en entendant ses pas. Je me rajuste sans rien dire. Pendant trois ans, je vivrai en permanence avec cette angoisse en boule à l’intérieur. Impossible de me souvenir si je me confiais à cette amie proche, je pense que oui et me connaissant si c’est arrivé, j’ai minimisé, j’ai fait la brave comme d’habitude quand je tremble. Progressivement je décroche un peu dans certaines matières, me réfugie dans les livres et l’imaginaire. Au collège je ne suis pas en sécurité, chez moi j’ai tout ce qu’il faut en apparence mais la parole ne suit pas, motus et bouche cousue, il faudra du temps pour découdre. Survient un épisode plus trash quand je vis à Bordeaux, 18 ans à peine et je frôle quelque chose de vraiment dangereux. J’ai du sang-froid étonnamment, j’use de psychologie et parviens à m’en sortir sans y laisser de plumes. Il se fait appeler Francis, c’est un ancien détenu, ce n’est pas son vrai nom, juste le temps de fouiller dans ses papiers avant de me réfugier dans le studio que j’occupe, non loin de la place des Victoires. C’est le petit matin, sa lumière me traverse. Je songe à porter plainte mais la peur des représailles est plus grande. Je rejoins vite Paris. Quelques mois plus tard, je suis à Cannes pour une dizaine de jours. J’accompagne une amie et nous dormons dans cette immense villa louée par un magazine culturel, devenu quotidien à la fin des années 80 pour la durée du festival. Un soir cet homme que tu connais à peine, qui réalise, produit, écrit, te plaque contre un mur, tente de t’embrasser, de te toucher, tu dis non, les cris sont étouffés, tu as juste le temps de paniquer quand l’hôte des lieux survient en te sauvant la mise. Tu reprends tes esprits, ton souffle et ta colère. Tu es une jeune fille sauvage et réservée, tu ne te jettes pas dans la gueule du loup mais tu fréquentes ce milieu-là comme celui de la nuit. Alors oui tu portes quelquefois des minijupes parce-que tu as vingt ans et fais que ce qui te plaît mais avec qui te plaît. Quelques années plus tard tu es embauchée comme assistante par un journaliste de renom et chargée de mission au sein d’une fondation culturelle. Tu es peu expérimentée mais tu tentes vraiment, avec tes ailes et ton enthousiasme, d’apprendre et de combler ton manque d’assurance. Tu t’aperçois assez vite qu’il ne t’offre pas ce job uniquement pour tes fragiles compétences mais qu’un échange de services est insidieusement suggéré. L’homme est plutôt brillant sur un plan intellectuel, la réthorique et la culture te séduisent mais jamais au point de songer à basculer physiquement. Il est marié, tu es amoureuse ailleurs et surtout il ne t’attire absolument pas. Alors tu repousses les mains baladeuses qui s’attardent sur les cuisses ou la poitrine lors de déjeuners interminables dans les brasseries de Neuilly. Tu souffles sur la nausée qui s’invite à chaque fin de repas quand il s’octroie cigare et digestif. Un soir, vous travaillez tard, les autres sont partis, il essaie de t’embrasser, c’est assez brutal et franchement écoeurant, tu te dégages et rentres chez toi. Le lendemain, il t’ignore tout simplement, tu es là mais désormais tu n’es plus visible et seule avec tes projets en cours qui te seront retirés un à un, pour être confiés à une stagiaire. Beaucoup plus chaleureuse et coopérative, il ne s’en cachera pas. Tu ne tiendras pas longtemps, il te baisera autrement, contractuellement, aucune indemnité possible, tu penses au prud’hommes mais tu as moins de trente ans, un enfant et d’autres projets en tête. Passe la colère et puis basta. Ce que j’évoque ici, ce sont les évènements les plus marquants qui me sont arrivés entre 11 et 28 ans. Je ne parviens pas à dire traumatiques, ce refus de paraître victime. Le viol n’a pas eu lieu mais ce sont bien des agressions contre lesquelles j’ai du me défendre, qui ont eu un impact et ont changé la donne. Etrangement je ne me souviens pas des mots, ni des miens, ni des leurs. La mémoire se tenant toute entière dans le corps. Dans sa capacité de dédoublement aussi, quand l’adrénaline devient envahissante, je déserte mon corps et je loge dans ma tête. Cette liste est non exhaustive, j’ai été confronté à un nombre incalculable de prédateurs. Et progressivement me suis formé au combat. Le combat continue. Il y a beaucoup à faire sur ce terrain-là. Ma dernière expérience relève de la sphère intime, je la dois à un ex petit ami. J’ai toujours noué des histoires avec des hommes sensibles à la cause féministe voire engagés bref très éloignés d’une identité machiste.  Il fallait une exception et ne pas valider la case sexe (car c’est un peu dingue je sais bien mais il m’arrive quelquefois de tomber de sommeil ou même d’avoir envie d’autre chose au lit avec un homme) aura révélé un comportement stupéfiant au 21ème siècle. L’idylle comme l’été n’y ont pas survécu. 

Publicités

12814566_10154064665834374_8898025216122619721_n.jpg13164242_10154253367304374_8718116926671043168_n.jpg

« Peut-on écrire comme un vol d’oiseaux ? » 

Question dénichée ici dans les méandres de la timeline et qui trouve écho, me ramène à l’écriture poétique, à ce regard-là. Celui qui va au-delà et trace dans l’immensité quelque chose qui ressemble à un signe

Cette nuit dans un espace blanc, tu déployais la carte, un flash, un slogan, trois points lumineux, nos ombres chinoises, un éblouissement

Le chant et le vol des oiseaux. Le vide et son vertige. Celui qu’il ne s’agit pas de remplir mais simplement de rendre à la grâce et au mouvement. A jamais rassasié, pour toujours inconsolable, ceci étant lâché, tout est désormais possible. Ce qui traverse et s’élance. Ce qui file. Le point à saisir dans une forme de perception extralucide. Le trait et l’idée qui en jaillissent. La note à entendre et à suivre dans la polyphonie des sons et l’enchantement renouvelé. Chaque fois. De plus en plus aigu. Le soulèvement du corps aussi. Ce frémissement qui te parcourt jusqu’à le tendre comme un arc. Jusqu’à se dissoudre dans l’air. Ne plus s’appartenir, se déposséder. Ecrire cette dépossession. De la nécessité de quitter. De ce qu’il nous faut quitter et nous défaire absolument, douloureusement, pour s’embarquer ailleurs.

Le souvenir de nos mains baladeuses et des cimes grimpées, dégringolées, la sensation de l’écorce et l’empreinte de la peau

On perdra quelques plumes, on sera encore un peu plus tremblants et un peu plus fragiles aussi.  Le temps et l’absence auront creusé, façonné nos mines de chats écorchés. Il faudra se hisser. Alors on ouvrira les yeux et on trouvera l’audace. 

Se tenir là, perchée sur mes collines, hors cadre et à perte de vue, les oiseaux ne sont jamais loin

10346322_10152494628079374_4792420826191950962_n

J’étais jeune, j’étais seule, enfin seule pour ne pas dire unique. L’idée même de ma soeur aussi loin d’exister que possible, à savoir cette histoire qu’on ne refait pas deux fois les erreurs de jeunesse. J’étais jeune mais je n’étais pas la seule, mes parents l’étaient aussi. Là je pourrais glisser deux ou trois choses de la dimension psychologique, ajouter du climat, de l’épaisseur ou simplement rendre compte cliniquement de certains faits avec distance et précision, comme un état des lieux. Par exemple, mon père est mort il y a dix ans mais ma mère me lit quelquefois, de surcroît elle est en pleine forme, autant dire que je n’ai pas tout à fait les coudées franches. Du coup je m’abstiens lâchement parce-que si je commence, je sais qu’on ne pourra plus m’arrêter. Ce genre de truc c’est hémophile, vaguement dégueulasse, on en a plein les doigts après et comme dans Barbe Bleue c’est indélébile et sans doute très gênant. La saignée ce sera pour plus tard ou pas. De toute façon chacun sait qu’une famille normalement constituée dispose génétiquement d’un capital dynamite, qu’il suffit d’allumer la mèche. On pourra dire qu’en bagnole c’est un champ de névroses à ciel ouvert et à grande vitesse. Donc j’étais jeune et j’occupais seule la banquette arrière. Je suis toujours aussi démunie lorsqu’il s’agit d’identifier ou de simplement reconnaître un véhicule dans lequel je suis montée une bonne centaine de fois, ce qui s’ajoute à la longue liste de mes incapacités volontaires. Je peux simplement dire que ce qui nous transportait vers le point de chute, avec un peu de chance les vacances et la forêt de pins qui les annonçaient, bref cet alliage de tôle, de plastique et d’acier, n’avait rien du genre familial. C’était en général un coupé sportif muni de deux portes à l’avant et suggérant quelques contorsions pour parvenir à se jeter sur la banquette arrière. Au final un design et une suspension totalement inadaptés à la fille sensible aux roulis, aux tangages, que j’étais à l’époque. Alors je m’arrangeais, je somnolais sur la banquette en skaï. Je m’y allongeais sous prétexte qu’ainsi je n’avais plus mal au coeur puisqu’il me fallait justifier, trouver un motif, une raison, quelque chose qui tienne la route pour m’en extraire justement et finir à l’horizontale dans la contemplation illimitée du ciel et des platanes. J’adorais ça, laisser filer. Les pensées absurdes, les idées folles, toutes ces choses précieuses, sauvages et fantasques de l’enfance qu’il faudrait prendre soin de laisser fleurir à l’air libre sans intervenir jamais pour ne rien piétiner de ce vaste et splendide terrain vague. Le regard qui s’étend à perte de vue et les yeux qui traversent ou se laissent traverser. La nausée disparue, je gardais le prétexte. Parce-que j’aimais ça dériver et parce-que j’en avais besoin. De cette évasion mentale, de disposer librement, secrètement de mon imaginaire, sans intrusion ni effraction du monde extérieur. M’échapper du réel, du huis-clos comme de l’habitacle. Je ne sais toujours pas faire semblant, jouer le jeu, un mal fou, une trop grande résistance.  C’est plus fort que moi, ça passe aussi par le corps, ce refus d’intégrer les codes, de participer à ce qui m’ennuie, à ce que je ne comprends pas ou ne désire plus, à ce qui me heurte évidemment. Depuis mes 15 ans je fugue, depuis qu’on m’a dit ça suffit maintenant, tu es trop grande pour continuer à rêver, allongée sur la banquette arrière,  je fugue. C’est une forme de nécessité, d’urgence et d’absolu, ce n’est jamais sans risque. Je pars et la plupart du temps, pas toujours certes, mais si on me donne l’espace, souvent je reviens. Je n’ai jamais cessé, sauf avec mes enfants, avec eux je veille,  je suis là, je n’abandonne rien. Parce-que la vie est ici, éblouissante même si le réel nous envoie des flash aveuglants. Qu’elle se respire à grandes bouffées d’euphorie quand le réel coince souvent dans la gorge. Je pense à cette citation de Paul Celan qui pour moi résume l’essentiel « Plus mordant que jamais l’air qui reste : tu dois respirer, respirer et être toi ».  La vie se bat pour exister pendant que le réel cogne. Parfois jusqu’à se rompre. Alors ce tissu et la trame qu’il en reste, aussi mince soit-elle, il faut l’aimer, la caresser et chaque jour la consolider, lui rendre ses couleurs et quelque chose de sa beauté d’origine. Celle du petit matin, maladroite et irrésolue mais qui s’élance pour que rien ne blesse. Je veux garder cette capacité à me décoller du réel pour sentir à quel point la vie me manque et mieux y revenir. J’écris et j’entends la pluie à nouveau, l’automne va bientôt craquer sous les pas, le sol se recouvrir de couleurs douces et fauves. Comme chaque année je serai ravie par la beauté des feuillages, l’odeur de terre et d’humus, la déclinaison parfaite des couleurs et saisie par la sensation elle-même, de première fois qui persiste. A l’usure, à la succession régulière des saisons, des amours, du quotidien. Parce-que le chant des oiseaux résiste à tout. Aux chagrins les plus fous comme aux disparitions les plus immenses.

13892267_10154493932409374_269529500798202507_n

Le son d’Alan Vega, le goût du café noir, ici sous le soleil californien, la ville s’étire lentement. Promeneuse égarée au milieu des joggers solitaires, la mécanique du souffle comme celle du rythme m’échappe, je ne suis pas régulière mais faillible et accidentelle. La lumière absorbe chacun de mes pas, se glisse jusque sous les paupières, je poursuis inlassablement la course somnambulique des rêveurs. Le long des avenues, sous le bleu immobile, uniforme, le vent se tient tranquille, simple frémissement à travers les feuillages des palmiers dont la verticalité insolente s’élance à n’en plus finir. A mesure que les jours passent, presque quatre semaines, cette terre semble se refermer sur moi. Je me tiens sur ce continent, à la fois étrangère et insulaire. Bien trop d’immensité, d’horizon à perte de vue pour en percevoir les limites. La pulsation de l’Europe s’épuise, bientôt le reste du monde suivra, quelque chose tremblera. Mes yeux se perdent dans l’ocean Pacifique. Je lui tourne le dos et retrouve l’Atlantique, ses dunes hautes et blanches parsemées d’immortelles entre deux chardons bleus. Nos atlantides en somme. Je respire leur parfum. Dream baby dream

12794540_10154064688194374_8720392018727190406_n

Ne se souviens pas

ne s’est jamais souvenue

mais rêve encore et longtemps après

que la mer se soit retirée d’elle

de leurs corps

d’aussi loin que possible

on flanche

et les songes n’en finissent pas de fracturer la nuit

de leurs phosphorescences

de découdre le réel

de trouver d’autres pistes

d’autres amphores

et d’ irriguer le bleu si bleu

dans sa fuite éperdue le long de nos poignets

je plonge

sur le drap blanc entre deux vagues

les gouttelettes vermeil

10408562_10153026074439374_3523686062918147987_n Il était tard dans la nuit de samedi à dimanche en cette veille de St Valentin et je ne pouvais feindre d’ignorer ce qui venait quelques jours auparavant de s’achever pour moi. Enfin pour lui et moi. Une histoire de quelques mois ou de quatre saisons, faite d’éblouissements, d’étreintes comme de tendresses immenses et de presque autant de balles, tirées à blanc et à vue au pays de l’amour western. J’étais étrangement calme. Néanmoins je me méfiais, j’attendais. On ne sait jamais avec les impacts, le temps de latence. Je crois aussi que j’apprenais à disparaître. Et puis je ne disposais plus du temps nécessaire pour contempler le mystère d’une réaction chimique ou la couleur d’un précipité. Trop de choses sur le feu. Il semblait hors de question d’être submergée par un magma d’émotions, je refusais l’idée même de tristesse. Je pouvais vivre avec ça, j’y étais parvenue. Je ne gardais que la peau. Le souvenir sous les doigts. La mémoire qui se nichait là en conservait les contours, les reliefs, tout comme le grain si particulier à chacun. Une cartographie des corps et du désir où les mots prenaient progressivement la place du manque, lui arrachaient chaque jour un peu plus de terrain et finissaient par lui donner une patine, une douceur où je savais pouvoir le jour venu, m’y attarder. De cette manière, je luttais sans même m’en rendre compte, c’était devenu une seconde nature. En revanche il était beaucoup question de St Valentin sur le net où je trainais ce soir-là, sans enfants ni ami ni amant, un peu désoeuvrée mais j’aimais cette zone, libre et anarchique. Je m’y tenais à la fois en contact et à l’écart du monde. Reliée par cette lucarne mais aussi protégée par la chaleur de la chambre et du secret. Je n’étais pas seule, quelques échanges inattendus et bienveillants agrémentaient la nuit. Je trouvais le concept de St Valentin aussi déprimant que possible parce-qu’uniquement revêtu d’un fort potentiel commercial mais aussi désuet et je l’imaginais plus ou moins moribond sur la sphère virtuelle. Pourtant je me trompais car il paraissait ici toujours d’actualité, vaillant, je dirais même ragaillardi, il tenait bien la route. En ce qui me concerne, il va de soi que je me laisse « prendre »chaque fois, j’ai ce côté fleur bleue qui résiste à tout et tente sans grand succès de s’accommoder du reste. Ce qui va on ne peut plus mal ensemble. Bref, surprise par quelque love option découverte sur ma messagerie fb, je tentais d’en savoir un peu plus. J’interrogeais de manière directe : Pour ceux qui ont testé l’option messenger spéciale St Valentin « votre message sera emballé dans du papier cadeau » racontez-moi car je voudrais surtout ne pas faire de victimes. A la fois intriguée techniquement et en questionnement sincère quand à l’amour post-moderne à tendance virtuelle, ses emballements justement, aussi ravissants que fugaces et absurdes. Car là où ça mord, c’est qu’il reste le ravissement, jusqu’au point de vertige, celui qui emballe les coeurs comme si c’était vrai. Sans laisser le temps, l’imprévu et le risque qui conviennent à l’enchantement pour peut-être donner naissance à quelque chose. Quelque chose qui pourrait trébucher, se détourner, s’évanouir ou bien grandir et se développer, sans l’omniprésence et la subversion massive des images. Comme trouver un charme fou à nos têtes chiffonnées du petit matin, à nos imperfections, de celles qui font l’attachement. Faire et défaire les contes c’est toujours les fabriquer alors rêvons oui et si la fête tourne court, retournons à la lanterne magique mais veillons tout autant, prenons des quarts entre deux immersions, écartons-nous à dessein car le rêve et la toile ne sont pas dénués de propriétés explosives. Au réveil, comme à l’accoutumée, j’absorbais bouche bée en guise de petit déjeuner, quelques Gifs en rafales. Lesquels, aussi beaux et magiques soient-ils quelquefois, commençaient sérieusement à envahir l’espace. Et lorsqu’il sont détournés à des fins publicitaires et consuméristes, comme ceux de The K. (binômes hypes et insupportables) dont les flèches acérées entrelacées de baisers truqués, s’étaient plantées sur moi au réveil sans y être invitées, là je saturais vraiment. Cela ne m’empêchait pas de trouver le concept détonant et digne d’interêt puisqu’il s’agit justement de détournement. D’une nouvelle extension du pop art, c’est vivant, souvent drôle mais on bute chaque fois sur les mêmes limites : la multiplication en série, le trop-plein, ce qui déborde, recouvre et la perte de sens inévitable. Enfin ça c’est la parole voire le sentiment d’une fille un peu old school, tout droit sortie de la fin des années 60, presque une onde gravitationnelle. Je voudrais juste une image qui reste. Comme ces images d’enfance absolument floues et délavées, tant de fois réinventées et reconstruites mais qui demeurent et nous poursuivent. Un peu plus tard j’ai fini par tomber sur un texte lumineux qui rendait à l’amour tout ce qu’il peut contenir de merveilleux et au bout sur cette phrase : « Les plus belles chansons d’amour sont l’algèbre mystérieux de la rectification érotique du monde. » celle de Pacôme Thiellement, celle qui enveloppe de sa vibration cosmique tout comme l’énergie, la chaleur, la puissance de la voix d’Aretha Franklin lorsqu’elle chante « This girl is in love with you ». Une chanson, quelques mots et me voilà presque réconciliée, tout au moins pacifiée, avec l’amour, la brûlure et l’énigme.

1926783_10152424212344374_4729528076103140100_n

J’ai défilé les paysages
roulé les liaisons ferroviaires
à travers champs entre les doigts
à contre sens et sous les branches
j’ai basculé le corps en arrière
pour traverser les yeux mi-clos
ta somnolence à grande vitesse
me suis baignée vaguement lestée
de là dans les immersions
depuis les eaux rougies du Gange
j’ai noyé le feu et la poudre
j’ai tout défait
le conte le torrent
la musique
et l’oubli

10897947_10153090378969374_1022214998888277146_n

Je suis juste sonnée. Comme la plupart d’entre nous j’imagine. Pas la grande forme avant. Puisqu’il y a fatalement désormais un avant. Un fondu au noir, quelque chose qui s’éteint brutalement, puis faiblement, par intermittences, se ranime, subsiste et s’amplifie. Enfin on essaiera. Une histoire de lucioles qu’il nous faut, coûte que coûte, préserver. Dans le corps, un virus hybride et dérisoire, forcément. Sans doute via les enfants que je côtoie chaque jour à l’école. Je n’étais donc pas dehors comme le week-end précédent mais au chaud, fébrile et pas très vaillante. Mes enfants avec moi, 16 et 11 ans, ne semblent pas réaliser vraiment. Moi non plus remarque. Comment se représenter tout ça, même si tu disposes de plus d’éléments pour réfléchir, de matière, d’épaisseur. Sur le principe seulement, parce-que finalement même si c’est utile, ça ne protège en rien. La sensibilité toujours affleure, grignote et bataille avec le réel qui cogne. Je regarde le sourire de ma fille, immense, insubmersible et fragile à la fois. Comme si elle cherchait à me rassurer, un comble. Je peine à trouver les mots, tâtonne, maladroite, submergée. La prendre simplement dans mes bras. Poser les mots après. Sans plus savoir vraiment qui console l’autre. Parle avec mon fils ainé qui vit à Londres, était de passage ici il y a quelques jours. C’était bon de le voir. Le sens touché lui aussi. Comme ma soeur, plus loin encore, en Californie. Ce qu’il faut dénouer dans la gorge pour tenter péniblement de raconter. Aller à l’essentiel, à ce qui reste de sens. Se dire qu’on s’aime, qu’il faudra encore plus d’amour et puis la résistance toujours. Celle de la vie contre la peur, celle qui plie, trébuche, se prend des gamelles et des coups dans la gueule, des balles perdues mais ne rompt pas. Nuit brève, fragmentée, sans parvenir à couper plus d’une heure ou deux avec twitter, fb, la radio, les mots, les phares, ceux qui nous aident. Plus que les images qui nous absorbent. On s’est appelé hier soir, cette nuit, ce matin avec les amis, les proches. La nécessité de faire lien, d’entendre ou de lire ceux pour lesquels on s’est inquiété un peu plus. Qui vivent tout près de là et qui comme toi, plus souvent que d’autres, jouent les oiseaux de nuit. Pour rire, oublier, se noyer, qu’importe. On se réchauffe comme on peut, avec la tendresse qui scintille au fond. On se dit qu’on trinquera bientôt, qu’il nous faudra vivre un peu plus fort encore. Impossible de ne pas penser à ces très jeunes gens, dont pour certains on est encore sans nouvelles presque 24 heures après, à leurs familles, à la douleur, incommensurable. Les larmes au bord des yeux, tout le temps. Une salle de concert, les terrasses de café, l’insouciance pas tout à fait, non, mais la vie qu’on cueille ou qu’on arrache, par bouffées, parce-qu’il faut bien bordel. Parce-qu’on est là pour ça aussi et surtout. A l’origine. La naissance des choses, leur déploiement dans l’espace et le temps qu’il faudrait pour rêver. La grâce, la beauté, le partage et l’amour. Son énergie, sous toutes ses formes. Tu connais ces rues presque par coeur, les yeux fermés. Charonne, Voltaire, tu es juste un peu plus haut à Ménilmontant et souvent tu dévales pour un concert, prendre un verre ou simplement profiter de la douceur d’une nuit avec l’homme qui t’accompagne, les amis, les enfants. A bras le corps. Le Bataclan il y a un an je crois pour le concert de Brigitte Fontaine. On a ri, on a chanté, pendant et après, on a dansé aussi. Sur son morceau sublime et déjanté « Ah que la vie est belle » qui résonne, déraisonne, envers et contre tout. Même fracassée, criblée. Tu penses au frontistes, aux amalgames inévitables, à l’ostracisme et à la haine, aux religions et aux frontières, à ce qui nous divise dangereusement jusqu’à l’extrême. A ce système insensé, absurde, qu’il nous faudra repenser entièrement, au temps qui file et nous manque. A ce climat qui souvent te donne la nausée. Tu chasses ça, très vite. Respires. Laisses s’infiltrer en toi, circuler, se répandre, la solidarité, la chaleur et l’amour. Tu ne peux pas trier, organiser, ordonner les pensées, c’est trop tôt, trop à vif. Alors tu écris ça, en vrac et en désordre, sans visibilité aucune, avant d’infuser probablement, au fil des jours.Tu bois un verre de vin puisque la gueule de bois depuis ce matin déjà, t’a enveloppé de son filtre. Déposes une bougie sur le rebord de la fenêtre et penses à eux, très fort et très triste. Du haut de tes collines, tu contemples la ville qui brille encore de mille feux, du brasier de nos coeurs. Du peu de forces et de courage qu’il te reste mais qu’il nous faudra trouver. Ensemble.

11745499_10153545783429374_6024442886411064593_n

Plus tard sous les échafaudages
les draps ont glissé jusqu’à terre
un sein menu dans chaque main
nos réflexes ne servent à rien
le bourdonnement incessant des hommes
absorbés tête nue et par-dessus ton rire
nos éclats sous un sommeil de plomb
les liaisons qui se perdent
tu n’es pas un coureur de fond
les raccordements à coups de réseaux sociaux
on raisonne par l’absurde
plus loin les Appalaches l’immensité des espaces
on est pas arrivés au Far West
je voudrais bien encore une rasade puisqu’on déborde
trop étroite la robe me pendre à ton cou plutôt crever
un dimanche l’amour ça remonte jusque dans la gorge
boire le sel de la peau à petits coups de langue
creuser des lacs rien à la surface pas un signal
la connexion est interrompue
le bleu comme Osiris finit toujours par se noyer
c’est comme ça tu crois qu’on file à l’anglaise ?
comme l’oiseau traverse le ciel
aussi vite qu’une flèche ——>

11193362_10153344011119374_3722800059832297597_n

A rebours le décompte

de ces hypnoses, de ces histoires

qui se meurent, se défont, dégringolent

depuis le ciel là-haut tu vois ?

et puis aussi un peu sous les doigts, dans les draps

le genre de petit matin où il ne fait ni chaud ni froid,

c’est encore tiède

ce que la nuit lentement effiloche

puis arrache d’un coup sec

à mesure que le jour se lève

Le once upon a time & let die.