Skip navigation

10408562_10153026074439374_3523686062918147987_n Il était tard dans la nuit de samedi à dimanche en cette veille de St Valentin et je ne pouvais feindre d’ignorer ce qui venait quelques jours auparavant de s’achever pour moi. Enfin pour lui et moi. Une histoire de quelques mois ou de quatre saisons, faite d’éblouissements, d’étreintes comme de tendresses immenses et de presque autant de balles, tirées à blanc et à vue au pays de l’amour western. J’étais étrangement calme. Néanmoins je me méfiais, j’attendais. On ne sait jamais avec les impacts, le temps de latence. Je crois aussi que j’apprenais à disparaître. Et puis je ne disposais plus du temps nécessaire pour contempler le mystère d’une réaction chimique ou la couleur d’un précipité. Trop de choses sur le feu. Il semblait hors de question d’être submergée par un magma d’émotions, je refusais l’idée même de tristesse. Je pouvais vivre avec ça, j’y étais parvenue. Je ne gardais que la peau. Le souvenir sous les doigts. La mémoire qui se nichait là en conservait les contours, les reliefs, tout comme le grain si particulier à chacun. Une cartographie des corps et du désir où les mots prenaient progressivement la place du manque, lui arrachaient chaque jour un peu plus de terrain et finissaient par lui donner une patine, une douceur où je savais pouvoir le jour venu, m’y attarder. De cette manière, je luttais sans même m’en rendre compte, c’était devenu une seconde nature. En revanche il était beaucoup question de St Valentin sur le net où je trainais ce soir-là, sans enfants ni ami ni amant, un peu désoeuvrée mais j’aimais cette zone, libre et anarchique. Je m’y tenais à la fois en contact et à l’écart du monde. Reliée par cette lucarne mais aussi protégée par la chaleur de la chambre et du secret. Je n’étais pas seule, quelques échanges inattendus et bienveillants agrémentaient la nuit. Je trouvais le concept de St Valentin aussi déprimant que possible parce-qu’uniquement revêtu d’un fort potentiel commercial mais aussi désuet et je l’imaginais plus ou moins moribond sur la sphère virtuelle. Pourtant je me trompais car il paraissait ici toujours d’actualité, vaillant, je dirais même ragaillardi, il tenait bien la route. En ce qui me concerne, il va de soi que je me laisse « prendre »chaque fois, j’ai ce côté fleur bleue qui résiste à tout et tente sans grand succès de s’accommoder du reste. Ce qui va on ne peut plus mal ensemble. Bref, surprise par quelque love option découverte sur ma messagerie fb, je tentais d’en savoir un peu plus. J’interrogeais de manière directe : Pour ceux qui ont testé l’option messenger spéciale St Valentin « votre message sera emballé dans du papier cadeau » racontez-moi car je voudrais surtout ne pas faire de victimes. A la fois intriguée techniquement et en questionnement sincère quand à l’amour post-moderne à tendance virtuelle, ses emballements justement, aussi ravissants que fugaces et absurdes. Car là où ça mord, c’est qu’il reste le ravissement, jusqu’au point de vertige, celui qui emballe les coeurs comme si c’était vrai. Sans laisser le temps, l’imprévu et le risque qui conviennent à l’enchantement pour peut-être donner naissance à quelque chose. Quelque chose qui pourrait trébucher, se détourner, s’évanouir ou bien grandir et se développer, sans l’omniprésence et la subversion massive des images. Comme trouver un charme fou à nos têtes chiffonnées du petit matin, à nos imperfections, de celles qui font l’attachement. Faire et défaire les contes c’est toujours les fabriquer alors rêvons oui et si la fête tourne court, retournons à la lanterne magique mais veillons tout autant, prenons des quarts entre deux immersions, écartons-nous à dessein car le rêve et la toile ne sont pas dénués de propriétés explosives. Au réveil, comme à l’accoutumée, j’absorbais bouche bée en guise de petit déjeuner, quelques Gifs en rafales. Lesquels, aussi beaux et magiques soient-ils quelquefois, commençaient sérieusement à envahir l’espace. Et lorsqu’il sont détournés à des fins publicitaires et consuméristes, comme ceux de The K. (binômes hypes et insupportables) dont les flèches acérées entrelacées de baisers truqués, s’étaient plantées sur moi au réveil sans y être invitées, là je saturais vraiment. Cela ne m’empêchait pas de trouver le concept détonant et digne d’interêt puisqu’il s’agit justement de détournement. D’une nouvelle extension du pop art, c’est vivant, souvent drôle mais on bute chaque fois sur les mêmes limites : la multiplication en série, le trop-plein, ce qui déborde, recouvre et la perte de sens inévitable. Enfin ça c’est la parole voire le sentiment d’une fille un peu old school, tout droit sortie de la fin des années 60, presque une onde gravitationnelle. Je voudrais juste une image qui reste. Comme ces images d’enfance absolument floues et délavées, tant de fois réinventées et reconstruites mais qui demeurent et nous poursuivent. Un peu plus tard j’ai fini par tomber sur un texte lumineux qui rendait à l’amour tout ce qu’il peut contenir de merveilleux et au bout sur cette phrase : « Les plus belles chansons d’amour sont l’algèbre mystérieux de la rectification érotique du monde. » celle de Pacôme Thiellement, celle qui enveloppe de sa vibration cosmique tout comme l’énergie, la chaleur, la puissance de la voix d’Aretha Franklin lorsqu’elle chante « This girl is in love with you ». Une chanson, quelques mots et me voilà presque réconciliée, tout au moins pacifiée, avec l’amour, la brûlure et l’énigme.

4 Comments

    • Anonyme
    • Posted 14 février 2016 at 19 h 37 min
    • Permalink

    Toujours cette force si sensible….Troublant et envahissant…J’aime ce que tu écris, je le ressens, le partage….Merci.

  1. merci …

    • Aube Epine
    • Posted 25 février 2016 at 18 h 14 min
    • Permalink

    Merci pour ces moments de réflexion et néanmoins de bonheur (je m’efforce de croire que ce deux notions ne sont pas fondamentalement incompatibles) chaque fois qu’une notification apparaît dans ma boîte mail pour me dire que tu as publié un nouvel article. Tu es une respiration, parfois difficile, mais toujours attendue dans mon quotidien. Continue!

  2. merci je reprends souffle et je continue oui


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :