Skip navigation

1926783_10152424212344374_4729528076103140100_n

J’ai défilé les paysages
roulé les liaisons ferroviaires
à travers champs entre les doigts
à contre sens et sous les branches
j’ai basculé le corps en arrière
pour traverser les yeux mi-clos
ta somnolence à grande vitesse
me suis baignée vaguement lestée
de là dans les immersions
depuis les eaux rougies du Gange
j’ai noyé le feu et la poudre
j’ai tout défait
le conte le torrent
la musique
et l’oubli

One Comment

    • egfrild
    • Posted 21 août 2016 at 18 h 42 min
    • Permalink

    Je ne sais au juste pourquoi ce poème me touche tant. Peut-être y est-il dit autrement, au travers de vos mots, que tout ce que nous faisons sera défait un jour, jusqu’au moindre de nos rêves, jusqu’au plus lointain souvenir. Qu’ils soient tristes ou non, les poèmes ne sont-ils pas des poètes les testaments? Testaments qu’une main comme le temps, qu’une main comme la fin, par la fenêtre d’un train, déchire et condamne à l’oubli. J’ai beaucoup aimé votre poème et son prolongement par la vidéo en boucle. Ils ne font qu’un. Bravo.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :