Skip navigation

En attendant qu’il nous lâche « Des fauves » son premier roman,  http://www.edkiro.fr/des-fauves.html (ici en pré-commande, exemplaire numéroté et dédicacé, livraison et sortie officielle en septembre),  Nicolas Albert G nous sert en guise d’apéritif cette nouvelle, allègre et dépressive comme j’aime..merci à toi.

Anita pleurait.
« Bordel ! Anita ! Ferme-la s’il te plaît ! »
Y avait pas moyen. Elle avait replié ses genoux à hauteur de son menton et elle ahanait à présent, verrouillée dans un petit monde bleu.
« Qu’est-ce que tu dis de ça ? » J’ai soulevé un morceau de pizza à la viande hachée et je l’ai fait naviguer sous son nez en imitant le bruit d’un avion.
C’était un hôtel pour cadres moyens tout en haut d’une tour à l’extrémité sud-est de Manhattan. 145 dollars la nuit et des chiottes minuscules.
Après le restaurant, on avait grimpé les marches quatre à quatre tellement on était excités elle et moi. Arrivés en haut on était morts, aucun d’entre nous deux n’était parvenu à baiser. Alors elle s’était mise à pleurer.
Sous nos pieds Manhattan ne luisait plus, du moins c’est ce qu’elle répétait entre deux hoquets, Manhattan avait cessé à jamais de luire pour elle.
Elle a déplié une jambe quand une crampe lui a mordu le mollet. Anita avait des problèmes de circulation. Anita avait pas mal de problèmes. C’était un condensé fiévreux de problèmes humains, Anita.
Elle avait passé la barre des cent kilos un soir de juin, à l’âge de 14 ans. Elle ne s’en remettait visiblement pas du tout.
Moi j’étais gros de naissance, je m’y étais fait, ce qui ne voulait pas dire que j’en étais fier, mais ça allait. Les soirs où Anita se mettait à pleurer comme ça, il fallait que ça n’aille pas trop mal pour ne pas céder à l’envie de lui écraser mon poing sur la gueule.
Elle avait calé ses bras sous l’oreiller et pleurait en travers du lit à présent. Des larmes de morve dégringolaient sur l’oreiller vertical et arrêtaient leur course dans les plis des draps, juste sous mes yeux. Une telle tristesse recouvrait les murs de la piaule que j’en ai eu le souffle brisé.
C’était un grand lit tout mou tout en haut d’une tour à l‘extrémité sud-est de Manhattan et moi aussi j’ai eu l’impression que la ville avait cessé de luire pour nous. On percevait au loin quelques hurlements de chiens, c’était tout.
J’ai entendu un crac et les pleurs ont redoublé entre les draps. Anita venait de défoncer le lit en se grattant la cuisse. J’ai ressenti l’appel de la mort. La pauvre était descendue de quinze bons centimètres et se tordait comme un poisson en murmurant à l’aide. Et le pire, le plus drôle dans tout ça, c’est que c’était pas moi qu’elle appelait à l’aide. C’était plutôt un appel au secours dirigé vers nulle part. J’ai allumé la radio quand Anita est redescendue de quinze autres centimètres.
Son corps était bancal à présent. Le creux de ses reins plus bas que sa tête et ses pieds, elle allait se déboiter une vertèbre à la vitesse où ça allait.
« Il faut se tirer d’ici », j’ai fait. « Il faut réfléchir à quelque-chose de mieux pour nous ».
Je me suis rassis pour songer à cette chose meilleure pour nous dans les craquements médiums de la radio. Dehors le vent s’était levé, histoire de nous faire goûter de plus près aux aboiements des chiens new-yorkais. Des bourrasques brutales, venues de la mer.
Je me suis imaginé qu’on pourrait louer une voiture et se tirer vers l’ouest, qu’on allait se laisser gentiment soulever par ce vent d’Europe. J’ai laissé déambuler cette sensation entre mes jambes et mon ventre. Elle n’avait aucune teneur mais me faisait du bien.
Couché aux côtés d’Anita, je me suis endormi comme ça, imaginant nos larges corps vautrés dans une décapotable en direction du Pacifique. J’ai même pas songé à baiser Anita pour réparer notre erreur. Je me suis endormi sans même y penser une seule seconde.
En face, vers trois heures du matin, une lumière blanche s’est allumée. « C’est pas trop tôt », j’ai soupiré.
Anita a ouvert un œil et l’a fait rouler vers la tache de lumière. Elle a demandé comme pour elle-même si c’était un ange qui venait lui rendre visite.

« Fais gaffe à ton dos », j’ai répondu en lui caressant la cuisse.
« S’il te plaît, fais gaffe à ton dos… », et me suis rendormi.

Nouvelle de Nicolas Albert G.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :